Publié le 14/08/18 14:10
ICI TÉLÉ

UNITÉ 9 - Septième et dernière saison sur ICI TÉLÉ Dès le mardi 11 septembre 20h

C’est avec fierté et émotion que l’auteure Danielle Trottier, les producteurs Fabienne Larouche et Michel Trudeau et la directrice générale de la Télévision de Radio-Canada, Dominique Chaloult, annoncent aujourd’hui que la septième saison d’UNITÉ 9 sera la dernière. Le grand livre de Lietteville et des personnages attachants ou troublants qui gravitent autour se refermera donc au printemps 2019. Un rendez-vous plus que jamais incontournable sur ICI TÉLÉ, le mardi à 20 h à compter du 11 septembre.

Danielle Trottier s’exprime ainsi en cette occasion : « Le contexte de l’histoire, prison de femmes, autorisait beaucoup d’émotions et de situations dramatiques. C’était une occasion rêvée de mettre en valeur les talents féminins québécois sans pour autant laisser de côté les talents masculins! Tous et toutes ont été inspirants, inspirantes devant la caméra experte du réalisateur Jean-Philippe Duval. Les producteurs, Fabienne et Michel, à qui je dois beaucoup, ont tout fait pour que la magie opère. C’est un honneur d’être diffusé à Radio-Canada et toute cette aventure reste quelque chose d’exceptionnelle dans ma vie d’auteure. »

Fabienne Larouche ajoute : « C’est toujours difficile de terminer une série aussi marquante et populaire qu’UNITÉ 9. Le deuil sera difficile à faire mais le temps venu, nous passerons à autre chose avec un sentiment de grande fierté pour toute l’équipe. »

Pour sa part, Dominique Chaloult rappelle : « Chaque succès télévisuel est le fruit du travail commun d’un auteur, des producteurs, d’une équipe et d’un diffuseur qui partagent la même conviction, même si la partie n’est pas gagnée d’avance. Comme toutes les séries marquantes de l’histoire de la télé, ses personnages ont tissé d’entrée de jeu un lien affectif profond avec le public qui ne s’est jamais démenti. »

Toute aussi fertile en émotions et en rebondissements, la 7e saison comblera ceux et celles qui se sont attachés à cette histoire et à ses personnages depuis le début. Danielle Trottier la présente ainsi :

Marie Lamontagne (Guylaine Tremblay) a bien saisi l’enjeu auquel Jeanne (Eve Landry) est confrontée. Elle ne sait toutefois pas qu’elle a reçu un message de la part d’un de ses agresseurs. De son côté, Jeanne constate qu’elle n’a pas de nouvelles visites de ce dernier. Sa grossesse se poursuit et elle se laisse envelopper d’un brouillard épais. Elle s’extrait du monde.

Cette saison 7 commence avec une naissance difficile qui nous plonge dans l’un des grands drames des mères qui sont incarcérées, leurs enfants abandonnés hors les murs.

La situation de Jeanne pose plusieurs problématiques, qu’elles soient psychologiques, émotives, organisationnelles, morales et légales. Il faudra trouver la réponse à cette question si importante : Qui sera responsable de cet enfant qui vient de naître? Marie? Kim (Élise Guilbault)? La DPJ?

Shandy Galarneau, Jessica Poirier, Macha Vallières, Eyota Standing Bear, Manon Granger, Solange Chrétien et Trécée Coicou sont chacune dans des parcours différents.

Shandy (Catherine-Anne Toupin), qui devient de plus en plus vipérine, n’a pas que des amies dans la cour. Elle a surtout des clientes en mal de calmants ou de stimulants.

Jessica (Geneviève Schmidt), qui en est à la moitié de son parcours avant de pouvoir demander une libéra¬tion sous condition, doit trouver de bonnes raisons de continuer à rêver de l’avenir.

Macha (Hélène Florent) n’a pas encore accepté la responsabilité de son délit. Elle n’a pas la capacité de faire face aux différents impacts de ses gestes. Son ex-conjoint, sa fille et sa mère vivent un grand désordre et ils ne peuvent lui cacher.

Eyota (Natasha Kanapé-Fontaine) est très isolée de sa famille et de sa communauté. Elle a besoin de support affectif. Elle doit trouver à l’intérieur des murs une autre sorte de famille qui va l’aider à garder la tête hors de l’eau.

Manon « Boule de quilles » (Kathleen Fortin) n’a pas encore compris qu’on pouvait facilement abuser de sa naïveté. Elle aime qu’on valorise sa force physique et ses habiletés d’intimidatrice. Comme tous les êtres humains, elle a besoin d’estime et elle doit la trouver en dehors de la violence.

Solange « Brownies » Chrétien (Claire Jacques) qu’on a vu très rapidement au cours de la 6e saison, nous en-traîne dans son histoire personnelle. Elle est à la veille d’obtenir sa libération d’office et le personnel n’a pas réussi à bien la préparer à cette sortie. Comment éviter cet échec de réinsertion sociale?

Trécée Coicou (Schelby Jean-Baptiste) a accepté de venir au Canada pour faire un coup d’argent en apportant une valise à double fond qui cachait quelques kilos d’héroïne. Elle était devenue une mule dans l’espoir de quitter son mari violent en emmenant ses enfants avec elle. Elle a été arrêtée aux douanes à Montréal et, pour les autorités, sa participation au transport de drogue ne faisait aucun doute, raconte l’auteure.

Normand Despins (François Papineau) sait très bien que Marie-France Caron (Sophie Prégent) n’a pas oublié son passage à Lietteville. Il est à l’affût de tout ce qu’elle pourrait télécommander à partir de son bureau de sous-ministre à la Sécurité nationale. Il sait qu’elle est stratégique et que les politiques internes n’ont aucun secret pour elle. Le personnel de Lietteville n’est pas à l’abri de soubresauts politiques. L’agent Choquette (Mathieu Baron) et l’agent Anctil (Jason Roy-Léveillée) ont chacun leurs alliés dans les inévitables confrontations qui les attendent. Souhaitons que les meilleurs n’aient pas à payer pour les plus crapuleux. C’est dans ce contexte qu’une nouvelle IPL, Claudine Moffatt (Jessica Barker), qui était enseignante à l’école des agents carcéraux, fera son entrée.

Auteure : Danielle Trottier
Réalisateur : Jean-Philippe Duval
Producteurs : Fabienne Larouche et Michel Trudeau
Production : Aetios Productions

- 30 -

Voir les contenus reliés
À télécharger