Publié le 12/09/18 18:54
RADIO-CANADA

PRIX DE LA CRÉATION RADIO-CANADA - LES FINALISTES DU PRIX DU RÉCIT 2018

PRIX DE LA CRÉATION RADIO-CANADA
LES FINALISTES DU PRIX DU RÉCIT 2018

CBC et Radio-Canada, avec leurs partenaires – le Conseil des arts du Canada et le Banff Centre –, ont dévoilé aujourd’hui les finalistes du Prix du récit Radio-Canada/CBC Nonfiction Prize. Les cinq textes finalistes en français ont été choisis parmi plus de 2000 histoires vécues inédites reçues de partout au pays. Les finalistes sont :

Patrick Beauséjour pour Fanfan Dédé ou Géant Ferré
Originaire de Lachute, Patrick Beauséjour a fréquenté la polyvalente Lavigne jusqu’à l’âge de 16 ans avant de décrocher. Il est présentement commis d’entrepôt pour une entreprise de robotique, et se passionne pour le début du 20e siècle au Canada et le baseball des années 1800. Quand les enfants sont couchés, il écrit ou enregistre ses balados dans son petit studio au sous-sol en buvant du thé et en écoutant du blues.

Philippe Chauveau pour Mouf dans le ventre du dragon
Touche-à-tout, Philippe Chauveau a fait de la télévision, de la radio, et écrit des livres tout en menant en parallèle une carrière de travailleur en psychiatrie légale, un « univers inimaginable tant qu’on ne l’a pas fréquenté. » En animant pendant des années des ateliers d’écriture, de dessin etde marionnettes avec toutes sortes de clientèles en psychiatrie, il a vu la pratique artistique changer la trajectoire de vie des pratiquants.

Caroline Dawson pour Les Honeycomb de Madame Thérèse
Caroline Dawson est née au Chili et y a passé une partie de son enfance. Ses parents sont arrivés au Canada comme réfugiés politiques lorsqu’elle avait sept ans. Aujourd’hui, elle enseigne la sociologie au Cégep Édouard-Montpetit à Longueuil, après avoir vécu à Stockholm avec son conjoint suédois.

Diane Landry pour Adieu chacal
Diane Landry vit à Laval. Cette année, elle a pris sa retraite après une longue carrière comme ingénieure civile en environnement. Elle a élevé « trois beaux garçons » tout en maintenant une vie riche et active. Femme de plusieurs passions, elle s’intéresse à l’écriture, mais aussi à la photographie, à la randonnée et au bridge. « Sociable mais solitaire », elle aime se ressourcer en nature.

Catherine Perreault pour Savasana
Catherine Perreault a grandi à Rouyn-Noranda. Elle a vécu à Vancouver, marché sur le chemin de Compostelle, tenté d’habiter Montréal deux mois… Après l’arrivée de son fils, né avec des particularités et un grand besoin de stabilité, elle a dû faire le deuil des grandes aventures et est retournée vivre en Abitibi. Enseignante au primaire de formation, Catherine Perreault aime le contact avec l’enfance, « cet espace de vie où tout est à bâtir. » Aujourd’hui, elle se spécialise en adaptation scolaire, particulièrement auprès des élèves ayant un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience intellectuelle.

Les cinq récits finalistes francophones peuvent être lus sur le site Radio-Canada.ca/icionlit. Le nom du gagnant sera annoncé le mardi 18 septembre prochain. Cette année, le jury était composé du peintre, cinéaste et écrivain Marc Séguin, de la journaliste Noémi Mercier et de la comédienne et écrivaine acadienne Georgette LeBlanc. En plus d’un prix en argent de 6000 $ offert par le Conseil des arts du Canada, le lauréat profitera d’une résidence d’écriture au Banff Centre des arts et de la créativité (Alberta) et son texte sera publié sur ICI on lit. Les finalistes reçoivent chacun 1000 $, offerts par le Conseil des arts du Canada.

Les finalistes en anglais sont : Lily Chang (Montreal, Québec) pour If I wax poetic the pain feels worthwhile, Kat Main (Calgary, Alberta) pour How to Catch a Nightcrawler, Anastasia McEwen (Fergus, Ontario) pour Acceleration, Sandra Murdock (Dartmouth, Nova Scotia) pour Easy Family Dinners et Lee Thomas (Fredericton, New Brunswick) pour True Trans.

Les Prix de la création Radio-Canada
Véritable tremplin pour les écrivains canadiens depuis 1945, les Prix de la création Radio-Canada (Radio-Canada.ca/icionlit) sont ouverts à tous, amateurs ou professionnels. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits, nouvelles et poèmes originaux et inédits soumis au concours. Au fil des ans, ils ont permis de révéler au public de nombreux talents devenus depuis des incontournables de la littérature d’ici et rayonnent au-delà frontières : Michel Tremblay, Normand de Bellefeuille, Martine Audet, Arlette Cousture, Marie-Sissi Labrèche ou Mélanie Vincelette. Marie-Louise Arsenault, l’animatrice de l’émission Plus on est de fous, plus on lit! sur ICI Radio-Canada Première, en est la porte-parole.

Le Conseil des arts du Canada
Le Conseil des arts du Canada est l’organisme national de soutien aux arts du Canada. Il favorise l’excellence artistique et la défend afin que les Canadiennes et Canadiens participent à une vie culturelle riche et en apprécient les bienfaits. En 2016-2017, le Conseil des arts a investi 196,8 millions de dollars dans la création et l’innovation artistiques avec ses subventions, ses prix et ses paiements. Il dirige également des projets de recherche, organise des activités et travaille avec des partenaires afin de faire progresser le secteur artistique et de bien ancrer les arts au cœur des collectivités de l’ensemble du pays. Avec plus de 17 000 œuvres d’art contemporain canadien, la Banque d’art du Conseil des arts fait la prestation des programmes de location d’œuvres d’art et contribue à l’engagement du public envers l’art contemporain. Chaque année, le Conseil des arts du Canada verse des paiements à plus de 17 000 auteurs canadiens dans le cadre du Programme du droit de prêt public (DPP), à titre de compensation pour l’accès gratuit à leurs livres dans les bibliothèques publiques canadiennes. Relevant du Conseil des arts, la Commission canadienne pour l’UNESCO fait la promotion des valeurs et des programmes de l’UNESCO afin de contribuer à un avenir de paix, d’équité et de viabilité pour les Canadiens.

Le Banff Centre des arts et de la créativité
Fondé en 1933, Banff Centre des arts et de la créativité est une organisation d’apprentissage d’envergure internationale basée sur un héritage exceptionnel en matière d’excellence en développement artistique et créatif. Le Centre, qui n’offrait à l’origine qu’un seul cours de théâtre, s’est développé au fil du temps et joue maintenant un rôle de premier plan dans des dizaines de disciplines axées sur les arts, la culture et la créativité. Occupant un vaste campus au cœur des spectaculaires Rocheuses canadiennes, Banff Centre des arts et de la créativité a pour mission d’inspirer tous les artistes, chefs de file et penseurs afin qu’ils libèrent leur potentiel de création qui leur permettra d’apporter une contribution unique à la société. Pour ce faire, le Banff Centre offre des programmes d’apprentissage transdisciplinaires, des spectacles de calibre mondial, ainsi que des activités de sensibilisation du public.