Publié le 22/06/18 22:38

REJET DE LA PROPOSITION DE CBC/RADIO-CANADA

Le 22 juin 2018 – Nous avons eu confirmation, aujourd’hui, que 78% des employés membres du Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC) ayant exercé leur droit de vote à Montréal, dans les régions du Québec et à Moncton, se sont prononcé contre la proposition de règlement de CBC/Radio-Canada.

Pourtant, suite au rejet de l’entente de principe à l’Assemblée générale du 21 avril dernier (56% des employés ayant voté se sont prononcé en défaveur, alors que 44% l’ont approuvée), le comité de négociation patronal a déposé de nouvelles propositions qui répondaient aux attentes exprimées par les employés. En effet, plus de postes permanents ont été créés à l’Information, à la production et en région, des augmentations salariales plus généreuses ont été consenties pour l’année 2018, les règles encadrant les affectations des employés temporaires ont été assouplies et la position initiale sur les horaires de travail a été révisée.

Bien qu’extrêmement déçu, le diffuseur public accepte la décision des membres du SCRC qui se sont exprimé.

Nouveau mandat de négociation

Suite aux rejets consécutifs de l’entente de principe et de la proposition de règlement, CBC/Radio-Canada reverra son mandat de négociation. Le diffuseur public a négocié de bonne foi et considère avoir été au bout de l’exercice, entamé il y a un peu plus de deux ans. La proposition complète de règlement devient donc caduque à compter de maintenant, ce qui signifie que les pourparlers reprendront sur une toute nouvelle base. Plusieurs articles feront alors l’objet de nouveaux débats, à la lumière du futur mandat de négociation.

Rappelons que les discussions ont débuté en mai 2016, suite à la fusion du SCRC, du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP, section locale 675) et du Syndicat des technicien(ne)s et artisan(e)s du réseau français de Radio-Canada (STARF-SCFP 5757). En un peu plus de deux ans, les parties se sont rencontrées à plus de 150 reprises et ont échangé environ 400 textes.

30