Publié le 09/11/17 14:00
RADIO-CANADA

PRIX DE LA CRÉATION RADIO-CANADA Les finalistes du Prix de poésie 2017 sont dévoilés

Photos - Finalistes au Prix de poésie 2017
télécharger
Galerie
  • Photos - Finalistes au Prix de poésie...

PRIX DE LA CRÉATION RADIO-CANADA
LES FINALISTES DU PRIX DE POÉSIE 2017 SONT DÉVOILÉS

CBC et Radio-Canada, avec leurs partenaires – le Conseil des arts du Canada, le magazine Air Canada enRoute et le Banff Centre –, ont dévoilé aujourd’hui les finalistes du Prix de poésie Radio-Canada/CBC Poetry Prize. Les cinq textes finalistes en français ont été choisis parmi près de 800 poèmes ou groupes de poèmes en vers ou en prose inédits reçus de partout au pays. Les finalistes sont :

MARIE-ÈVE BLANCHARD pour Louise
Marie-Ève Blanchard a grandi à Granby et vit à Verdun. Elle est titulaire d’une maîtrise en études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. Féministe engagée, elle s’implique pour la justice sociale et travaille pour un organisme communautaire en défense collective des droits. Lorsque la conciliation travail-famille le lui permet, elle consacre son temps à l’écriture d’un premier recueil de poésie.

MARIE-HÉLÈNE CONSTANT pour Les jetées
Marie-Hélène Constant est originaire de Gatineau et vit à Montréal. Elle termine un doctorat à l’Université de Montréal portant sur l’héritage intellectuel des théories postcoloniales en littérature québécoise. Elle a mené un mémoire en recherche-création sur la violence du langage dans le théâtre contemporain. Elle écrit pour diverses plateformes et s’intéresse particulièrement aux espaces d’écriture hybrides, entre essai et poésie. On trouve ses textes notamment dans les Cahiers du Théâtre français du Centre national des arts (Ottawa) et dans la revue Contre-jour.

FRANÇOIS GUERRETTE pour Les mauvais sorts se transmettent par la langue
François Guerrette est originaire de Rimouski et vit à Montréal. Il consacre sa vie à l’écriture et est l’auteur de cinq livres publiés aux éditions Poètes de brousse. Son plus récent ouvrage, Constellation des grands brûlés, est paru en octobre 2017. Il a entrepris cet automne un doctorat à l’Université de Montréal, où il prépare une thèse portant sur l’œuvre du poète Denis Vanier.

EMMANUELLE RIENDEAU pour Élégie pour déviantes sexuelles
Née en 1993, Emmanuelle Riendeau est originaire de Drummondville et vit à Montréal où elle étudie la littérature à l’UQÀM. Habituée des micros ouverts poétiques, elle se définit comme un « reptile de bibliothèque », « un pilier de bar » et une « faiseuse de trouble » à l’instar de sa poésie, incendiaire, bruyante et brutale.

OUANESSA YOUNSI pour Métisse
Ouanessa Younsi est originaire de Québec et vit à Montréal. Née en 1984, elle est poète et médecin psychiatre. Elle a publié deux recueils de poésie aux Éditions Mémoire d’encrier : Prendre langue (2011) et Emprunter aux oiseaux (2014), ainsi qu’un livre autour du soin : Soigner, aimer (2016). Elle a également co-dirigé le livre collectif Femmes rapaillées (2016). Entre deux patientes ou patients, elle publie dans des revues et ouvrages collectifs, participe à des lectures et festivals de poésie, et cherche à concilier littérature et soin.

Les finalistes reçoivent chacun une bourse de 1000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada et leurs textes peuvent être lus sur le site Radio-Canada.ca/icionlit. Le nom du gagnant sera annoncé le jeudi 16 novembre prochain. En plus d’un prix en argent de 6000 $ offert par le Conseil des arts du Canada, il profitera d’une résidence d’écriture au Banff Centre des arts et de la créativité (Alberta) et d’une entrevue avec Marie-Louise Arsenault à l’émission Plus on est de fous, plus on lit! Son texte sera publié dans le magazine Air Canada enRoute et sur Radio-Canada.ca/icionlit.

Cette année, le jury était composé de la poète Nicole Brossard, de la poète, slammeuse et artiste autochtone engagée Natasha Kanapé Fontaine et de l’auteur-compositeur Thomas Hellman, chroniqueur à l’émission Plus on est de fous, plus on lit!

Site web
À télécharger